Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 01:27

       Si les baptêmes, communions, mariages et sépultures rythment la vie de nos anciens, se sont les cloches qui marquent les heures et les événements quotidiens. Les grandes dates liturgiques sont l'occasion de véritables fêtes, les Rameaux qui marquent l'entrée dans la semaine sainte, le Vendredi Saint, Pâques, l'Ascension quarante jours aprés, l'Assomption, fête de Marie, la Toussaint et Noël. 
      Chaque dimanche matin, il ne viendrait à l'idée de personne de ne pas assister à la messe. Et pour les plus jeunes, les années de catéchisme, suivies de l'année de la communion avec la messe matinale quotidienne lors de la préparation.

    Difficile d'imaginer aujourd'hui, le cérémonial de la confession, où chaque semaine pour pouvoir communier, il fallait aller à "confesse" C'est à l'église, dans le confessional, sorte de petite chapelle en bois à trois place cloisonnées, qu'au milieu se tient le prêtre, qui ouvre alors une sorte de guichet grillagé, pour écouter notre confession de tout nos péchés de la semaine! la pénitence est légére, quelques priéres à réciter à genoux sur les bancs de l'église qui vue l'heure tardive du soir, m'a toujours parue lugubre à ces moments là.(certains ou certaines, préparaient la liste de leurs fautes sur un brouillon de papier, pour être sur de ne rien oublier..)

                                                                        Petits chanteurs à la Croix de Bois
                                                                                                                Nancy 1955
      Si le jeudi matin(jour sans école) était consacré au catéchiste et à une petite messe, l'aprés midi était consacrée au patronage avec des randonnées pédestres tout autour de Nancy à la belle saison, et par la projection de films muet en hivers, c'est là que j'ai vu tous les Laurel et Hardi, ainsi que Charlot.
     Ensuite pour les plus grands, il y avait les scouts comme pour Jean CORDIER qui participait vers 1926 à la troupe Saint Louis numéro un à Conflans, quant à moi j'étais membre des Coeurs Vaillants et également membre des petits chanteurs à la Croix de Bois de la manécanterie Sainte Jeanne d'Arc de la paroisse Saint Joseph à Nancy.

 

     Chaque "bonne famille" a son religieux, mais comme nous pourrons le  voir dans de prochains articles, les origines des religieux d'alors peuvent être bien différentes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires